100% gratuit

Bienvenue sur turf.fr

Le site des gagnants !

Pour rejoindre notre communauté

Mots clefs

Aucun résultat

D'autres billets

Charte de conduite

Responsabilité des
membres de la communauté

Une médaille d'argent qui vaut de l'or !

La semaine passée, j’avais conclu mon dernier blog sur ma première victoire à Vincennes. Un plaisir immense, une joie indescriptible pour ce rêve de gosse qui se réalisait « enfin », car à 24 ans, je n’ai tout de même pas attendu trop longtemps. Les succès en entraînant d’autres, l’écurie s’agrandit progressivement. Quelques éléments que j’aime bien viennent remplir les boxes de l’écurie de Charly Mary et je suis tout simplement en plein rêve. D’ailleurs, il est temps de faire un point sur l’écurie à ce moment précis. Tolédo est toujours aussi compliqué, Picabia des Audins fait des siennes à plusieurs reprises, notamment à Graignes alors qu’il a tout simplement course gagnée, Quota de  Chahains, qui va être l’acteur principal de mes prochaines brèves, bénéficie lui de soins intensifs pour être remis en forme, pendant qu’un jeune poulain apprend gentiment son métier à la maison. Et Twist dans tout cela ? Twist des Baux, fort de sa belle victoire en apprentis sur la cendrée de Vincennes, va de nouveau s’essayer au départ volté. Cette nouvelle tentative s’effectuera une nouvelle fois du côté de Paris Vincennes sur le parcours particulier des 2200 mètres de la petite piste. Charly, son entraîneur, m’évoque la possibilité de faire appel à Jos Verbeeck. Selon lui, seul le diable belge peut faire démarrer celui qui ne veut pas volter au trot à main gauche. Les canters sont plutôt bons même si le beau Twist se montre légèrement brillant. Charly, voulant l’aider pour partir, décide de lui mettre un bonnet fermé pour qu’il soit bien à son travail dans les premiers mètres de course. L’heure du départ est enfin arrivée, et nous espérons sincèrement que la tactique mise en place, consistant à partir large tout en dehors de la piste, va être appliquée à la lettre par Jos Verbeeck. Ce dernier s’exécute, et miracle, le beau Twist des Baux part sur la bonne jambe. Dès lors, j’y crois, bien que lot étant extrêmement relevé, l’épreuve étant labélisée « B », soit pratiquement juste en dessous des groupes. Face à Tornado de l’Océan, Tafaiko Sax, Tony Boy, et d’autres, mon Twist doit être à la hauteur de mes espérances. Seulement, il se retrouve très vite piégé à l’arrière garde et n’a d’autre choix que de prendre le wagon de la troisième épaisseur...

 

Dans le dos de Tony Boy, il se montre quelque peu brillant, tirant un peu trop à mon gout, le faisant trop sur la rage. Dans la ligne d’en face, Tony Boy accélérant, Twist se retrouve le nez au vent en troisième épaisseur de chevaux de grande valeur cités précédemment. Dès lors, mon attentiste préféré n’a pas de choix que de passer à l’action bien trop tôt. Au prix d’un super effort, il dépose ses rivaux et prend aisément le commandement, (je ne vais tout de même pas dire à la manière d’un Ready Cash dans le Prix d’Amérique 2013), mais presque. Facile, seul Tony Boy est en mesure de le suivre, bien que celui-ci paraisse à l’agonie et extrêmement sollicité par Jean Michel Bazire. Dans la dernière ligne droite, (je le savais d’avance), Twist ne pouvait donner un nouveau coup d’accélérateur et ne pouvait que voir passer un  Tony Boy qui avait pu souffler dans le tournant. Néanmoins, il terminait deuxième d’un lot de très grande valeur et laissait encore une impression visuelle époustouflante. Bizarrement, lors du Prix d’Amérique 2013, lorsque Ready Cash s’envolait dans le tournant final avant de s’arrêter un peu plus loin à l’entrée de la ligne droite, j’eu la même impression que ce fameux 30 novembre. Une comparaison un peu flatteuse pour le Twist, mais qui dans le style, est loin d’être idiote…

 

Giovanni Laplace.     



le 6 March 2013 (13:46)

Commentaires (3)