100% gratuit

Bienvenue sur turf.fr

Le site des gagnants !

Pour rejoindre notre communauté

Mots clefs

Aucun résultat

D'autres billets

Charte de conduite

Responsabilité des
membres de la communauté

UNE HISTOIRE LAMENTABLE...

Une histoire pathétique et lamentable citée par un passionné des courses anonyme...
 
Dimanche midi, lors de la première course de la réunion II disputée sur les haies, à Salon-de-Provence, une épreuve qui - au passage - n'avait réuni que trois partantes (!), la favorite, Fingary, montée par Steven Colas et entraînée par Nicolas Bertran de Balanda, s'est accidentée durant le parcours.
Une histoire triste, car aucun de nous n'aime voir un cheval se blesser, qui a tourné au pathétique après que son jockey a décidé de forcer sa partenaire à poursuivre sa course jusqu'au bout, sur “trois jambes”, histoire d'empocher la coquette somme de 2.940 € dévolue à la troisième.
J'ignore ce qu'il est advenu de la valeureuse jument de 5 ans (même si je suis très inquiet sur son état de santé, mais le “spectacle” auquel nous avons assisté en cette fin de matinée fut particulièrement choquant. Comment un jockey peut-il agir de la sorte ? Son mentor, habile et reconnu, a-t-il eu son mot à dire ou bien fut-il lui aussi le spectateur de cette scène tragique ? Peut-être que les prochains jours nous en apprendront plus…
Toujours est-il qu'à un moment où l'on regrette une certaine désaffection des hippodromes les plus prestigieux, y compris lors de grandes réunions (celle du Prix d'Été à Vincennes ou celle du Vermeille à Longchamp), voilà que le sport - que nous aimons tellement - se retrouve bafoué par ses acteurs, ceux qui sont justement censés le promouvoir. Pour les turfistes qui ne voient dans les chevaux que des numéros qui courent, ce qui s'est produit n'a que peu d'intérêt, d'autant que la troisième place n'est même pas payée au jeu simple (soyons cyniques jusqu'au bout). En revanche, pour ceux qui sont aussi (et avant tout) des passionnés de sport hippique
- et j'en connais bon nombre via les réseaux sociaux et autres forums -, un tel événement est insoutenable. Le respect de l'animal est une chose ô combien primordiale qui doit passer avant toute considération pécuniaire.
On peut également s'étonner que le code des courses ne soit pas pourvu d'une règle pour ce genre de situations, certes extrême, mais qui peut se (re) produire, le plus élémentaire des comportements à adopter en course n'étant visiblement, pour certains, plus une évidence. Cette histoire ne doit (surtout) pas servir à créer une polémique sur l'ensemble de la profession qui, elle, fait passer l'intérêt de l'animal en priorité et mérite tout notre respect.

Il va de soi que l'on attend des explications des personnes concernées dans les jours à venir, car peut-être que certains paramètres nous ont échappés, mais il reste qu'en ce lundi on a eu une vision des courses bien peu glorieuse.



le 24 September 2012 (00:11)

Commentaires (6)