100% gratuit

Bienvenue sur turf.fr

Le site des gagnants !

Pour rejoindre notre communauté

Mots clefs

Aucun résultat

D'autres billets

Charte de conduite

Responsabilité des
membres de la communauté

Les courses... c'est notre grande passion !

Comment vont mes amis de Turf.fr aujourd’hui ? A quelques semaines du coup d’envoi du meeting d’hiver, et à quelques jours seulement du grand week-end de l’Arc de Triomphe, personnellement, je suis tout excité. Excité car si nous aimons les courses hippiques, c’est tout simplement pour vivre de grandes émotions lors de ces fabuleuses journées où le spectacle est au rendez-vous. Manger toute l’année du handicap divisé de première épreuve labélisé course « D » comme j’aime à l’écrire, n’est pas pour me faire prendre mon pied, bien au contraire ! L’extase, la vraie, la seule, l’unique, se trouve lors de ces moments magiques où l’émotion prend le pas sur la raison, où le subconscient vous dirige et a laissé votre côté cartésien sur la touche. Lors de moments de joies, de gloires, d’émotions fortes, l’être humain peut devenir une toute autre personne. Un grand gaillard s’étant formé une grosse carapace depuis de nombreuses années, celle d’un colosse qui ne ressent jamais aucun sentiment, peut tomber en larmes devant l’envolée de Ready Cash dans le dernier Prix d’Amérique. Un supporter introverti peut lui se mettre à hurler dans la dernière ligne droite en voyant son champion venir prendre l’avantage, alors qu’il n’a même jamais osé lever le petit doigt en classe. Bref, les courses hippiques, ou le sport en général, permettent de rassembler les être-humains, et pour rien au monde, nous voudrions que cela change. Sur un champ de courses, que vous soyez millionnaires ou simple ouvrier, vous êtes égaux. Un guichet reste un guichet, une course une course, et le cheval concourant, appartient à tout le monde...

 

Ayant la chance d’être propriétaire, j’espère un jour tomber sur un crack, un vrai, un champion capable de tout gagner et d’entrer dans la légende. Evidemment, il y a toujours une grosse part de hasard et certainement peu de chances que cela m’arrive, mais j’y crois fortement, car dans la vie, il faut toujours y croire. Sur un champ de course, quand un de mes chevaux concourent, j’aime lorsque le public en parle, que ce soit d’ailleurs en bien ou en mal, car on connaît l’humeur versatile des turfistes. L’autre jour, quand le beau Twist a gagné, entendre de la bouche de certains turfistes, ne sachant alors pas que j’en étais l’heureux propriétaire, le couvrir d’éloges, ma procurer une sensation émotionnelle encore plus forte que lorsqu’il est venu déposer ses rivaux dans la phase finale. Mais, cheval m’appartenant ou pas, moi, Giovanni, je vibre, vibre, et vibrerais jusqu’à la fin pour les courses hippiques. Jamais le sprint final de Ready Cash dans le Prix d’Amérique 2012 ne sortira de ma mémoire. Jamais je n’ai autant encouragé un cheval de ma vie dans une phase finale, et un membre de Turf.fr, nommé Admin, est d’ailleurs là pour en témoigner. Jamais, les inhumaines envolées de Zarkava dans le Prix Marcel Laurent, Vermeille, ou encore de l’Arc de Triomphe, échapperont à ma boite à souvenirs qui ressemble étrangement à un musée des courses hippiques. D’ailleurs, avouons le maintenant, si Zarkava a droit à sa photo en haut de cet article, c’est tout simplement car elle est la jument qui m’a le plus marqué. Comme le dit si bien Alain de Royer Dupré, elle avait le « truc » de plus que les autres. Cette petite flamme qui fait d’un champion, une légende, ou encore un « crack » ! Aujourd’hui, ces champions appartiennent au peuple, et donc à nous. Dès lors, chérissons les, encourageons les, et soyons indulgents lorsqu’ils nous déçoivent, car sans eux, la vie serait franchement moins amusante…

 

Giovanni Laplace.



le 19 September 2012 (13:52)

Commentaires (11)