100% gratuit

Bienvenue sur turf.fr

Le site des gagnants !

Pour rejoindre notre communauté

Mots clefs

Aucun résultat

D'autres billets

Charte de conduite

Responsabilité des
membres de la communauté

Le France coule à pic !

Allez les amis… bloguons ! Dans cette rubrique, contrairement à mes articles quotidiens que j’ai la chance d’écrire sur Turf-fr.com, je peux me lâcher un peu plus même si je le fais déjà grandement assez. Ce lundi, au lendemain d’un Prix de France qui m’a laissé un gout amer, j’aimerais revenir sur l’attitude de certains. Je ne suis ni juge, ni dieu, pour me permettre d’avoir tel ou tel jugement, mais en tant que journaliste hippique, il est de mon devoir de revenir sur quelques comportements plutôt intéressants à analyser. Déjà, précisons que ce Prix de France ne restera pas dans les annales car avec un chrono de 1’11’6 à la clef, nous ne pouvions espérer avoir assisté à un grand cru. Etudions en premier le comportement de Monsieur Pierre Levesque. En proie à des déclarations fracassantes à l’encontre de Jean Boillereau, driver de Punchy dans le Prix d’Amérique, en précisant que ce dernier n’a pas été très sport, Pierre Levesque aurait du se souvenir de ses mots au moment où il a foutu en l’air la course d’Orlando Sport et de Private Love. Pourtant pas inquiet de son numéro un derrière la voiture, le mentor de Main Wise As se retrouvait pourtant rapidement en mauvaise posture le long de la corde. Voyant Ready Cash à son extérieure avec un Orlando Sport bien calé dans son dos, il prenait alors la décision de forcer le passage pour prendre le sillage du champion. C’est alors à ce moment précis que le scénario de la course allait basculer. Orlando Sport, parqué à trois le nez au vent, était contrait et forcé d’avancer et de se rabattre devant Ready Cash. Pierre Levesque était lui en bonne place puisqu’il avait le dos du crack. Franck Nivard, fatigué de sentir le museau de Main Wise As sur son casque, perdait son habituel sans froid en donnant un coup de tête au champion d’origine italienne. Francky la Main Froide aurait-il finalement le sang chaud ? Se sentant en mauvaise posture à deux le nez au vent et voyant qu’il ne serait pas simple de l’emporter, il perdait les nerfs. Devant ce phénomène, il décidait alors d’avancer, (certainement un peu tôt pour Ready Cash qui n’aime pas être le nez au vent), pour venir aux côtés de Royal Dream. La course allait alors se jouer sur un déboulé final...

 

Royal Dream, en tête depuis le départ, se faisait un instant prendre l’avantage avant de récupérer son bien à mi ligne droite et d’aller jusqu’au poteau. Main Wise As, qui s’était fait ramener comme sur un plateau par Ready Cash alors qu’il aurait du être bien au chaud dans la boite, prenait une deuxième place imméritée pour son driver et non pour le cheval. D’ailleurs, dans d’autres pays, pour avoir ôté toutes chances à Private Love et Orlando Sport, Pierre Levesque aurait été disqualifié après coup. Franck Nivard, qui n’a pas drivé la course de sa vie et qui le sait pertinemment, savait qu’il était battu dès le tournant final. Ready Cash reste le champion des champions, mais, un peu défraichi certainement, il devrait partir faire la monte et non pas s’aligner dans le Prix de Paris comme il était un instant évoqué. Dans ce Prix cette histoire là, le bon comportement est à mettre à l’actif des frères Dubois. Jean Philippe, au sulky de Royal Dream, a rapidement pris les commandes de l’épreuve et ne s’est occupé de personne. Dans son dos, Jean Etienne Dubois, pourtant bourré de gaz avec The Best Madrik durant toute la ligne droite et qui aurait certainement donné chaud à son frère s’il avait eu le passage, n’a pas joué des coudes dans la ligne droite en restant le plus fair play du monde. Dès lors messieurs Nivard et Levesque, tout grand champion que vous êtes et qui nous faites vibrer tous les week-ends, un mea culpa me semble nécessaire… à méditer !

 

Giovanni Laplace.



le 13 February 2012 (57:26)

Commentaires (0)