100% gratuit

Bienvenue sur turf.fr

Le site des gagnants !

Pour rejoindre notre communauté

Mots clefs

Aucun résultat

D'autres billets

Charte de conduite

Responsabilité des
membres de la communauté

Beauty Diane !

Qui épousera Saonois ? Chaque année, quinze jours après le Prix du Jockey Club, se dispute le pendant pour femelles, le Prix de Diane. Après que le meilleur trois ans européen ait été sacré dans un Jockey Club exceptionnel, c’est au tour des pouliches d’en découdre lors d’un Prix de Diane qui n’en est pas moins sensationnel. Le Prix de Diane est un évènement à part à ne surtout pas manquer si vous n’êtes dans la région parisienne le dimanche 17 juin prochain. L’expression, « l’élégance à la française », y prend tout son sens et lorsque le soleil est au rendez-vous, une bonne après midi s’offre généralement à vous. Le Prix de Diane n’est pas comme les autres groupes I français, il a une saveur particulière. Sur l’hippodrome, lors de ce dimanche de fête, les tribunes sont combles et il y a comme un parfum de grande noblesse qui y règne. Evidemment, nous parlons de la noblesse de l’esprit, du talent, des qualités humaines, et non celle du portefeuille. Même si tous les richissimes propriétaires de la planète font le déplacement pour assister à cette fabuleuse compétition où ils y ont généralement une partante, nous sentons que ce jour, l’argent laisse place à la beauté et au sport. Chaque année, nous avons pour coutume de dire que le vainqueur du Jockey Club, en l’occurrence Saonois, devient le roi, et que quinze jours après son sacre, la gagnante du Diane devient sa dulcinée. Evidemment, ceci est une image et il est certain que le pensionnaire de Jean Pierre Gauvin n’ira pas finir ses jours dans le même boxe que la future lauréate de ce merveilleux classique, mais, cette petite tradition est plutôt sympathique et nous plait bien. D’ailleurs, de superbes unions sont nées de cette petite coutume et nous ne regretterons jamais d’avoir pu associer le magnifique Vision d’Etat à la sublimissime Zarkava. En évoquant le nom de cette extraordinaire pouliche qui n’a jamais connu la défaite et qui avait enlevé ce Prix de Diane de toute une classe, nos poils s’hérissent et la passion nous prend aux tripes. Cette représentante de la casaque de Son Altesse Karim Aga Khan était une pouliche hors du commun qui avait un changement de vitesse phénoménal. Durant sa carrière, elle a gagné le Vermeille, Le Saint Alary, Le Boussac, le Diane, avant de ridiculiser les mâles dans un Arc de Triomphe où elle n’a une nouvelle fois pas reçu un coup de cravache de la part de son jockey. Indéniablement, à l’heure qu’il est, elle est la plus belle lauréate de l’histoire du Diane. Cette année, alors que les plus beaux chapeaux de la planète, comme le veut la tradition, seront regroupés sur toutes les femmes présentes sur l’hippodrome de Chantilly, des pouliches de grand talent seront présentes au départ et espèrent sincèrement décrocher la victoire finale. Bizarrement, l’allocation du Prix de Diane est pratiquement deux fois inférieure à celle du Jockey Club. Les féministes trouveront ici une belle occasion de pousser une petite gueulante… Comme dans le Prix du Jockey Club, nous avons décidé d’axer notre édito sur la candidature d’une pouliche, Beauty Parlour ! Cette petite phénomène est tout simplement imbattable à l’heure actuelle. Invaincue depuis le début de sa carrière, elle vient d’enlever son premier groupe I, la Poule d’Essai des Pouliches, dans un style impressionnant après longtemps voyagée le nez au vent. Christophe Soumillon, jockey de talent et ancien pilote d’une certaine Zarkava, l’aime énormément et dit d’elle qu’elle peut devenir une pouliche de légende. Dès lors, s’il n’est pas certain que le ciel soit bleu pour cette superbe journée dominicale, il est en revanche probable que la célèbre tunique bleue toque bleue ciel renoue avec la victoire dans les classiques. Beauty Parlour… tout simplement !

Giovanni Laplace.

 



le 5 June 2012 (09:37)

Commentaires (0)